in_site_chinon Centrale de CHINON. La direction d'EDF a élaboré les premières recommandations concernant la souffrance au travail. Un numéro vert devrait être mis en place.

A noter qu'un rapport en date de 1991 avait déjà signalé les difficultés du personnel,  état des lieux généralisable à nombre dans des entreprises similaires:

  • la souffrance en rapport avec le désarroi et la désorientation
  • le non-sens et l'absurdité
  • la non-reconnaissance
  • la culpabilité
  • l'incertitude vis-à-vis de l'avenir
  • la répétition
  • les incertitudes de l'organisation du travail
  • de déprofessionnalisation du travail
  • les nouveaux outils
  • l'impuissance

16 ans après, Voir l'article de la Tribune

"EDF conteste d'ailleurs en justice le fait que la Caisse primaire d'assurance maladie (CPAM) a reconnu le suicide de Dominique Peutevynck, 49 ans, technicien supérieur à la centrale de Chinon, survenu en 2004, comme maladie professionnelle. Alors qu'un des médecins du travail de la centrale avait diagnostiqué chez ce technicien une "dépression réactionnelle professionnelle" en 2003 et en 2004, selon Le Monde, la direction d'EDF estime qu' "un certain nombre de facteurs personnels peuvent expliquer ce geste". Le tribunal des affaires de sécurité sociale de Tours doit se prononcer sur cette affaire le 14 mai."

Il se peut, qu'un jour, s'ouvre le débat sur la responsabilité pénale ! Avant cela, Il est urgentl d'ouvrir celui sur la productivité des salariés et leur droit à la participation à l'organisation du travail à tous les niveaux (rôle des syndicats?).

L'affaire Peutevynck saura-t-elle être la dernière affaire ?