Nous pensions que nos soucis de travail, nos craintes de perdre notre emploi suffisaient à occuper nos nuits.

Nous venons de découvrir que nous allions aussi craindre pour le peu d'économies que nous avions patiemment mis de coté pour nos vieux jours. Des années de privations, de fins de mois au cordeau, de face à face avec les désirs des enfants, d'oubli de vivre les plaisirs du monde.

Pire encore, nous découvrons que les organismes qui gèrent nos retraites ont allègrement pris des risques avec notre argent. Un risque que nous n'aurions pas accepté de prendre nous! Et que les patrons eux, sont seulement pivés de dessert!

Nous voilà donc tous nus... Privés d'avenir et de passé, peut etre privés d'emploi. dans le même temps au quotidien, voleurs, radars, impots, organismes de tous poils, collectivités, nous prennent le peu qui nous reste.

Que se passe-t-il dans l'histoire, quand un peuple tout entier perd l'espoir? Les argentins et les russes , les pays de l'est y sont passés bien souvent! Certains sont partis, d'autres sont restés.. Mais ou faudra-t-il donc aller?