Pour une fois, je vais citer le blog d'ITG l'institut du temps géré http://www.itg.fr qui pose quelques questions sur les risques, intérets et avantages de l'autoentreprise.Mais l'autoentreprise est aussi la fin des missions d'interim (et de leurs avantages) et du portage (pour une activité limitée). C'est la fin de la lutte syndicale, de la lutte pour les conditions de travail, un travail uniquement régulé par l'offre et la demande d'expertise. les plus compétents tireront comme d'ahbitude leur épingle du jeu. Demandez aux informaticiens ou comptables aujourd'hui...

Il semble que ce statut soit particulièrement adapté à ceux qui en ont déjà un par ailleurs: qui n'ont pas besoin de sécurité ni d'indemnité en cas de pepin. Responsable de soi et de son travail...

Notons que la convivialité organisée était autoorganisée par les salariés "portés" qui pourront continuer à créer des réseaux. La limitation des couts de mission est un faux problème ce sera le prix du marché et l'autoentrepreneur peut travailler à temps partiel sur l'année.La perennité professionnelle, ni plus ni moins que le plombier...Le coup de pouce pour s'installer son informatique complètement hypothétique de la part de l'entreprise de portage;Les impayes finiront au tribunal.

Reste le PB des assurances professionnelles, qui se montent à 1500 euros l'an pour la moindre activité sans le moindre risque: là est le véritable abus. Il faudrait donc que l'état prévoit un fond d'assurance pour ces activités. Comme les assurances collectives des chasseurs! Allez encore un effort monsieur Sarkozy!

Et puis c'est la fin des grèves: allez vous mettre en grève contre vous même!! La fin des syndicats??? La fin de la lutte des classes!!Ca c'est fort non!

"Le nouveau statut d'auto entrepreneur n'est pas encore ouvert à l'activité du conseil. On parle de fin février pour que cette possibilité soit accessible. Quels en seront les avantages pour ceux qui s'y intéressent ? Il est certain que pour une activité occasionnelle dans ce domaine ou une opportunité relevant d'un métier connexe (formation, graphisme...) la communication publique peut être convaincante. En effet elle donne tous les arguments positifs de cette formule : un faible coût et une charge administrative quasi inexistante. What else ? Il est certes tentant et bien naturel, de rechercher les meilleures astuces pour gagner plus sans s’encombrer de tracas administratifs. Mais réfléchissons plus avant aux questions que pose la formule: · Première limite, le plafond de 32 000 €, réserve la formule à ceux qui n’entendent pas tirer plus de 2000 € par mois de leur activité, de plus, n'est-ce pas tendre une perche au client et lui donner l'envie de limiter la mission à ce montant alors qu'elle vaudrait plus en réalité ? · La TVA n’est pas applicable donc, le client ne la récupère pas. Va-t-il apprécier de perdre 19,6 % (6272 €) de TVA à récupérer ? En effet, dans ce cas, souvent le prestataire considère le prix de marché et assimile le montant hors taxes au TTC… · Une image difficile à défendre : aux yeux du client, quelle est la pérennité du positionnement professionnel en tant qu’auto entrepreneur ? · L'intervenant qui engage des frais ou bien qui compte sur ce coup de pouce financier pour investir un peu dans son matériel informatique ne sera pas en mesure non plus de la récupérer. · L’intervenant a peu de chance de souscrire une assurance (assurance responsabilité civile professionnelle). En effet, il est difficile de trouver un assureur pour un montant aussi limité et, si par exception on y parvient, la prime est nécessairement prohibitive. · Que va-t-il se passer en cas d’impayé ? Si la mission n'est pas payée, l'auto entrepreneur aura peu de poids vis à vis d'une entreprise structurée qui refuse de payer. · Pour ceux qui ne bénéficient pas d’une complémentaire santé à des conditions avantageuses, ce n'est pas en tant qu'auto entrepreneur qu'ils pourront négocier un tarif groupe avec une mutuelle. · Pas non plus de prévoyance : protection en cas de décès, invalidité, incapacité. · Pas d’indemnité journalière CPAM en cas de maladie. · La cotisation de retraite est très faible, ne sont assurées que les trimestrialités de la CNAV. A quel taux par rapport à la cotisation normale ? Ou plutôt avec quelle décote ? · Pas de retraite complémentaire... · Pour ceux qui veulent développer une activité pour remplacer un emploi ‘classique’, l’auto entrepreneur n’a pas accès à des formations au travers du DIF, etc. Les formations sont payées au plein tarif (sans TVA récupérée) ! · Pas d’effet réseau ni de convivialité organisée : l’auto entrepreneur est seul. · L’auto entrepreneur ne bénéficie pas non plus du référencement d’une organisation telle qu’une grande entreprise de Portage Salarial. En définitive, cette formule présentée comme une innovation n’est qu’un aménagement du régime de la micro entreprise. Il convient donc de bien réfléchir avant de prendre une décision, le bon choix est celui qui est fait en connaissance de cause, cette information devrait y participer. Une autre solution est de faire passer la mission par une société de portage."